Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2015

Petites recettes de bonheur par temps difficiles de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan

image.jpg

Les romans épistolaires ont cette qualité particulière soit d’emballer le lecteur dès les premières pages et de lui faire ressentir fortement les émotions échangées dans les lettres soit d’agacer et de faire traîner inutilement une lecture rendue laborieuse.

Car, voyez-vous, je pense que ce genre de livre se doit d’être le plus sincère possible pour nous faire  "vivre" ces courriers fictifs et avec leurs petites recettes, Suzanne Hayes et Loretta Nyhan relèvent le défi.

 

Ce premier roman écrit à quatre mains nous plonge dans la vie domestique de deux femmes américaines pendant la seconde guerre mondiale. Leurs maris mobilisés en Europe, il leur faut combler ce vide et elles décident de participer à cette correspondance sans rien savoir de la personne à qui elles doivent écrire si ce n’est qu’elle est, comme elle, plongée dans l’angoisse et l’attente.

Dans sa maison du Massachussetts, la jeune Glory veille sur son enfant à naître et son petit garçon de deux ans. Jeune mariée, elle est encore un peu novice dans son rôle de femme au foyer et cherche du soutien.

De son côté, en Iowa, Rita Vincenzo a vu partir au front, son mari et leur fils unique. Elle a beau être courageuse, elle partage avec les autres femmes,  cette crainte du télégramme qui annonce le pire. Et ce ne sont pas ses beaux tournesols qui suffisent à la consoler …

Séparées par les kilomètres mais réunies par le destin, ces femmes vont découvrir en l’autre, un soutien bienvenu et tellement sincère qu’il va les aider à traverser ces années difficiles. En se concentrant sur les petites choses du quotidien, comme les recettes à inventer pour rendre le rationnement plus supportable en passant par l’éducation d’un enfant dont le père est éloigné à l’entretien du jardin, Glory et Rita échangent plus que de simples mots : à chaque courrier, c’est le courage de l’une qui gagne l’autre, les moments de faiblesse sont partagés et c’est l’amitié qui l’emporte..

Assises dans leurs cuisines, elles nous invitent à partager leurs peurs et leurs doutes, des anecdotes drôles qui pointent et surprennent) et surtout leurs secrets les plus intimes comme si nous étions des amies proches.

Leurs lettres débordent de vie et ne cachent cependant pas leurs questionnements sur cette guerre qui va changer à jamais leurs vies.  Avec sensibilité et sans mièvrerie.

Ce roman vous entraîne dans son sillage, la Grande Histoire pénètre dans votre salon, ces lettres échangées deviennent des leçons de vie, des petites madeleines que l’on prend plaisir à savourer en remontant le temps, pas si ancien qui nous renvoie forcément à l’histoire de notre propre famille et celle de ces soldats venus de l’autre côté de l’océan pour nous libérer …

Fait amusant, les deux auteures se sont connues via le blog de l’une et ne sont pas rencontrées "en vrai" avant la fin de l’écriture du manuscrit. Ce qui rajoute une petite valeur sentimentale à cette fiction simple et touchante qui a été un vrai coup de cœur pour moi.

 

Petites recettes de bonheur par temps difficiles de Suzanne HayesS et Loretta Nyhan, chez Pocket (2014) 

18:14 Écrit par Shopgirl dans Books, Poche, Roman américain | Lien permanent | Commentaires (3)

22/07/2015

Inventaire 06 - Première partie

Inutile de pointer le fait que je me suis encore laissée submerger par le quotidien en délaissant The shop et culpabiliser (vous avez affaire à une experte en la matière), je préfère vous parler directement de quelques lectures car c’est bien là, le plus intéressant, non ?

Commençons par une déception que nous pourrions classer dans la catégorie" Ca aurait pu coller mais non".

91HqPFgzzNL._SL1500_.jpg

 

  • La maison d’hôtes – Retour à Cedar Cove 1 de Debbie Macomber ( Editions Charleston).

Connaissant l’auteure pour ces précédentes séries (Blossom Street ou Cedar Cove), je savais que j’aventurais vers un roman léger et chaleureux, le genre qui réconforte et rassure avec la petite ville américaine typique, à taille humaine et où chacun se connaît et s’entraide.

Jo Marie est veuve depuis peu et décide de changer de vie en achetant une maison d’hôtes à Cedar Cove, près de Seattle. La villa Rose nouvellement rebaptisée accueille donc ces premiers clients pendant cet hiver : Abby n’est jamais revenue en ville depuis le décès accidentel de sa meilleure amie. Venue assister au mariage de son frère, la jeune femme va devoir affronter les fantômes de son passé comme Josh, l’autre client de Jo Marie. Si son beau-père l’a chassé de la maison, à la sortie du lycée, Josh ne peut se résoudre à le laisser mourir seul et se résout à passer ces quelques derniers jours avec lui. Tous les trois,  Abby, Josh et Jo Marie vont devoir faire taire le passé pour mieux préparer l’avenir.

 

Si j’ai aimé le personnage de Jo Marie, je n’ai pas été convaincue par les intrigues. Peut-être le style décidément trop simple, le manque d’attachement pour des personnages qui arrivent à mettre de côté des années de douleur en mois de deux ou encore l’énumération barbante des tâches quotidiennes,  rien n’a su retenir mon attention. Je me suis ennuyée, j’ai lu en diagonale. Le politiquement correct bien américain de Macomber se ressent jusque dans le choix des motivations des personnages, rien ne dépasse, il n’y a pas d’émotion ou si mal exprimé que cela en devient ridicule. .

 

Petits mais costauds 

 

51NKlM9E3eL._SX301_BO1,204,203,200_.jpg

 

  • La dame à la camionette d’Alan Bennet (chez Folio)

J’ai découvert Alan Bennet avec l’excellent (mais trop court) La reine des lectrices et j’étais curieuse de retrouver sa plume drôle et décalée comme cet humour pince-sans rire so bristsih que j’affectionne.

 

Cette dame a réellement existé. Vivant dans sa camionnette colorée, Miss Shepherd refait le monde , au milieu de ses vieilles fripes et autres objets entassés qui composent sa vie.Par un concours de circonstance, cette drôle de bonne femme s’installe dans le jardin de Bennet et va partager avec lui, quelques années qu’il relate ici. Sous forme de petites chroniques de souvenirs, l’auteur s’attache tant bien que mal à celle dont il ignore tout et qui marquera la vie de son empreinte comme peu de monde. Les anecdotes sont étonnantes, cocasses et déroutantes même. Là où on pouvait s’attendre à une analyse de classes dans ce Londres des années 80, on reste un peu sur notre faim, Alan Bennet préférant garder l’essence même de l’existence de la vieille dame à travers des instantanés plein de vie. Un petit livre sans prétention qui ne laisse cependant pas indifférent.

A noter qu’une adaptation ciné est à sortir avec l’excellente Maggie Smith dans le rôle de Miss Shepherd.

 

41ICN5b-wdL.jpg

  • Le magasin des suicides de Jean Teulé ( Pocket)

Un coup de cœur ( chroniqué ici) que ce roman décalé qui déborde d’humour noir et qui, à mon avis, déridera même le plus grincheux !

La famille Tuvache a de la mort, son crédo. Dans son magasin, il est possible de se procurer de quoi réussir son suicide, les moyens d’en finir sont variés et les clients satisfaits puisqu’ils invitent parfois leur fournisseur à leurs funérailles. Tous se dévouent à leur macabre commerce sauf le petit dernier, Alan qui respire la joie de vivre !

Imaginez alors la cohabitation sous le toit des Tuvache et les situations cocasses que cela peut engendrer ...

A glisser dans sa valise pour les vacances pour glousser une après-midi de pluie ou sur la plage.

 

 

A suivre : deux romans de Daphné Du Maurier ou comment je passe l'été en sa compagnie, le très bon second livre de Marie Vareille et une délicieuse correspondance entre deux américaines pendant la Seconde Guerre Mondiale.

06/07/2015

Une vie au ralenti

Il fait le fier, ce petit ventilateur , il s'active jour et nuit.

Ah, il en brasse de l'air, il en fait deux fois plus pour m'impressionner : il s'agite et il est bien le seul, cette chaleur pesante vous décourage de faire quoique se soit ...

Encore quelques heures encore et ce sera plus respirable.

Encore quelques heures encore et je pourrais reprendre le cours de ma vie, notamment sur le blog.

 

En attendant, si lire ne vous apportera pas la fraîcheur espérée, la lecture vous fera transpirer moins bête et c'est déjà pas si mal !

 

31239e9e843b6d98470c15026fedb630.jpg

11:56 Écrit par Shopgirl | Lien permanent | Commentaires (1)

12/06/2015

Inventaire 05

Doucement mais sûrement, j'ai repris le chemin du blog et je suis plus que ravie de pouvoir reprendre un rythme régulier ici et j'espère que vous prenez plaisir à découvrir de nouveaux billets. Je vous remercie d'être fidèle au rendez-vous ou petit nouveau ...

Au sommaire de cet inventaire, des romans, deux films, des séries.

J'ai lu

 

IMG_5984.JPG

 

 

  • Le coeur entre les pages de Shelly King ( Préludes), chroniqué ici. Un premier roman sur les bienfaits de la lecture et la place importante que peuvent prendre les livres dans nos vies mais pas seulement. Une ambiance avec cette carte postale d'un petit quartier de la Silicon Valley.

 

3447786819.6.jpg

  •  Mrs McGinty est morte d'Agatha Christie ( Le livre de poche) , chroniqué ici. Une nouvelle enquête de Poirot qui doit élucider un crime vieux de quelques mois avant que le présumé coupable ne soit pendu.

 

Emprunté à la bibliothèque

 

61fJFwA6nYL.jpg

 

  • Une vie entre deux océans de Margot Stedman. Après la seconde guerre mondiale, Tom accepte un poste de gardien de phare et emmènage avec sa femme, sur l'île de Janus. Seul un enfant manque à leur bonheur. Jusqu'au jour, où dans un canot échoué, ils découvrent le cadavre d'un homme et bébé, bien vivant ...  Une histoire bouleversante dont la lecture soulève tant de questions !

Le pavé du mois

 

81hdf65PsjL.jpg

 

  • Broadway limited de Malika Ferjourhk ( Ecole des loisirs) qui mérite son billet à lui seul tellement il déborde de personnages et d'intrigues. A venir donc ...

 

Deuxième pavé entamé mais pas terminé encore

 

71PfVoj3hCL.jpg

 

  • Outlander, tome 2, Le talisman de Diana Galbadon ( J'ai lu). Ce nouvel opus commence très bien par une pirouette de l'auteur. Il me faut cependant trouver le temps d'en lire les 600 pages sans avoir à le transporter ...

 

Au cinéma, j'ai adoré

 

512237.jpg

 

  • Un peu, beaucoup, aveuglément de et avec Clovis Cornillac et Mélanie Bernier et j'en ai parlé ici.

 

J'ai aimé puis j'ai découvert que l'intrigue ne respectait pas les faits historiques donc je suis plus mitigée 

ob_96d0cd_ob-5a72cb-image005.jpg

  •  Les jardins du roi de et avec Alan Rickman, Kate Winslet et (le beau) Mathias Schoenaerts.

Sous le règne de Louis XIV, André Le Nôtre est chargé de créer les jardins du château de Versailles. Il engage une femme paysagiste, Sabine de Barra et lui confie la création de la salle de ban extérieure. Avec son caractère affirmé et ses idées nouvelles, elle bouscule les codes et Le Nôtre. S'en suivent  de nombreuses découvertes et intrigues à la Cour pour la jeune femme ...

Seconde réalisation de l'acteur britannique Alan Rickman prend de grandes libertés avec l'Histoire et je ne comprends pas cette démarche. Le choix de Kate Winslet pour incarner un personnage féminin fort s'avère judicieux mais Sabine de Barra n'ayant jamais existé , on peut se demander à quelle part de réalisme s'attacher... Il n'y a bien que Le Nôtre qui peut être ravi de se voir rajeuni ! Reste une histoire d'amour touchante et quelques scènes particulièrement réussies comme la rencontre entre le Roi et Sabine.

 

Enfin coté séries, j'ai regardé :

DISPARUE.jpg

  • Disparue

Diffusée sur France 2, cette série policière française pose son intrigue au coeur de Lyon et contre-attente, propose un scénario bien ficelé qui n'a pas à rougir de ceux de ses cousines anglo-saxonnes. Certes, la jeune adolescente qui disparaît n'est pas l'idée la plus originale, surtout avec après le très bon Broadchurch mais l'ensemble est très bien interprété et la ville est particulièrement bien mise en lumière.

 

  • Le final de la saison 4 de Scandal -

Fidèle à elle-même, la série joue sur les rebondissements successifs. Rien n'est facile dans les coulisses de la Maison Blanche, encore moins pour Olivia Pope. Cette fichue intrigue du BC13 ne m'accroche pas du tout alors que j'ai adoré voir Mellie prend (enfin) plus de place dans cette saison 4.

nrm_1414780119-137196_6330_pre.jpg

  • Le final de la saison 7 de Castle

Cette septième saison a failli être la dernière, le renouvellement n'est arrivé que tardivement et j'ai particulièrement apprécié le soin apporté au final, qui aurait pu conclure les aventures de Castle. Les intrigues policières mériteraient d'être plus travaillées, à la longue, elles sont le point faible mais retrouver les personnages et suivre leur évolution est toujours intéressant. Rendez-vous pour découvrir ce que l'avenir réserve à Kate tant il est rare d'avoir un personnage féminin fort et sensible, qui ne soit pas le faire-valoir du héros ...

tumblr_no7ue6Ozhl1qeklrro4_500.gif

 

 

N'hésitez pas à partager vos derniers coups de coeur dans les commentaires et retrouvons nous prochainement, pour la suite.

10/06/2015

Le magasin des suicides de Jean Teulé

Vous aimez l’humour noir qui frise l’irrévérence ? Vous savourez le 22eme degré qui se joue de tout et surtout de lui-même ?  Vous appréciez cette distance face aux évènements tragiques qui peut vous pousser à en rire puisque l’humour est la politesse du désespoir ?

Le magasin des suicides de Jean Teulé va vous ravir.

41ICN5b-wdL.jpg

"Ouvert pour cause de décès"

 

Dans un monde dépourvu d’espoir tendance apocalyptique (rien que ça) , les plus déprimés savent que pour trouver le moyen d’en finir, il faut se rendre dans le magasin de la famille Tuvache. Forte d’une expérience de dix générations et d’un slogan plus qu’efficace (Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort ! ), ce magasin vous propose différentes options toutes plus ingénieuses les unes que les autres pour vous suicider. D’ailleurs les propriétaires vous mettent dans l'ambiance, ils ont un petit quelque chose de la famille Adams, l’optimisme en moins, c'est vous dire ...

Sauf Alan, le petit dernier qui respire la joie de vivre.

C’est bien simple,  il est la honte de la famille. Celui qui écoute des chansons gaies alors que le reste de la maison est branché marches funèbres, celui qui voit la vie en rose quand les autres imaginent d’autres kits de suicide à commercialiser (celui inspiré par Alan Turing est particulièrement réussi) ,  il aime la vie alors que sa famille cherche comment aider les autres à mourir.

Avec cette histoire loufoque et originale, Jean Teulé s’attaque au thème de la mort, devenu si tabou dans nos sociétés modernes, qu’il prend à contre pied.

"La vie est ce qu'elle est. Elle vaut ce qu'elle vaut ! Elle fait ce qu'elle peut elle aussi avec ses maladresses. "

Drôle, surprenant, déroutant, provoquant, ce petit livre est un ovni que l’on parcoure sans savoir sur quel pied danser. Volontairement irrévérencieux, il nous interroge et nous bouscule. L’auteur déborde d’imagination et l’on s’amuse de ce conte décalé qui loin de déprimer, donne furieusement envie de vivre.

 

A dévorer sans arrières-pensées, j'ai mortellement adoré !

Le magasin des suicides (2007) de Jean Teulé, chez Pocket