23/10/2014

Le chat et moi de Nils Uddenberg

9782258109155.JPGParmi les bonnes surprises que réservent les étagères de ma bibliothèque, ce petit livre qui parlera forcément aux amoureux des chats, s'adresse à tous et nous montre, une fois de plus, combien une rencontre avec un animal peut tout changer ...

Nils Uddenberg est un psychaitre suédois à la retraite, qui découvre dans son jardin un petit chat abandonné. D'abord étonné, il se montre indifférent à l'animal qui va et revient toujours près de la cabane. Le froid approchant, il décide de se renseigner un peu plus sur les propriétaires du petit félin. Affichettes dans le quartier, appels aux associations, ses recherches restent vaines .

Et toujours ce regard du petit chat derrière la fenêtre ...

Sa femme et lui voyageant souvent, il avait été décidé de ne pas s'encombrer d'un animal mais comment résister à cette petite boule de poils qui ne demande qu’un peu de chaleur ? Il suffit d'un regard pour que le chat devienne la coqueluche de la maison et transforme le quotidien de Nils et sa femme. Le psy se questionne et s'interroge sur cette drôle de relation.

Où est le chat ?

Avec un certain recul lié à sa profession et tellement de tendresse, Nils Uddenberg nous raconte les petites aventures du chaton, notamment à l'intérieur de la maison,  ses observations qui en découlent et le lien construit au fil des jours. Accompagné de très jolies illustrations d'Ane Gustavsson , ce livre qui se lit facilement, se partage comme un doux secret. Réconfort assuré à sa lecture ! On en ronronnerait presque de plaisir ...

 

Le chat  et moi de Nils Uddenberg, chez Presses de la cité (juin2014)

 

20/10/2014

Une question de point de vue

Pendant longtemps, je n’ai pas aimé la Grande Ville.

Parce que je n’avais pas eu le choix, parce que j’y étais née mais que j’avais pris racine ailleurs, parce que je la connaissais de loin, comme une touriste qui retournait à son part d’attache et que tout mon corps réclamait la pluie et les personnes d’une autre région. Je n’avais pas envie de tisser de liens avec elle.

Et puis, trop de monde, trop de rues, trop de chemins que je ne pouvais pas suivre.  Elle me renvoyait à la figure tout ce que je n’arrivais plus à faire, je la détestais de ne pas être plus douce avec moi. Agoraphobie, j'écris ton nom.

La Grande Ville est toujours immense et angoissante mais elle a aussi fière allure dans la lumière de l’automne, lorsque mon bus traverse les ponts et rejoint le centre. J’aime ses immeubles, son style. Elle devient plus familière, moins oppressante. Je commence à m’imaginer en arpenter les quartiers, petit à petit. Avec du temps, de l’entrainement. Je pense aux mois de l’hiver où je pourrais affronter le froid, bien emmitouflée dans mon manteau et mon écharpe puis me réfugier dans un salon de thé douillet et accueillant. Je me fixe des mini objectifs. Je vais au cinéma en plein centre, une fois par semaine et me désole que le mois de novembre soit moins riche de ce côté-là.

 

image.jpg

Illustration Kanako pour My Little Lyon

 

Je ne dis pas que je l’aime.

 

Mais je me dis que je ne la déteste pas.

18:27 Écrit par Shopgirl dans Carnet de bord, | Lien permanent | Commentaires (11)

13/10/2014

Le couple, en ce moment, au ciné

Dans les salles, ce mois-ci, je suis allée voir deux films très différents qui ont pour thème, le  couple , Gone Girl et Tu veux ou tu veux pas ?  .

Rosamund-Pike-eclipse-Ben-Affleck-sur-l-affiche-francaise-de-Gone-Girl_portrait_w532.jpg

Le plus sombre est Gone Girl de David Fincher . Il s’agit de l’adaptation du roman de Gillian Flynn que j’ai adoré (mes 3 bonnes raisons de le lire) et si le lecteur redoute toujours le passage du papier à l’écran, on peut parler ici de réussite puisque le film reste très fidèle au livre, peut-être même un peu trop puisqu’ aucune surprise ne vient réellement ébranler le spectateur. J’aurais aimé cependant ressentir un petit plus …

Les trentenaires, Amy et Nick, forment un couple parfait :  elle est le parfait produit d’un New York chic et bon genre alors que lui est le bon petit gars du Missouri.  Alors qu’ils s’apprêtent à fêter leur cinquième anniversaire de mariage, Amy disparait dans des circonstances troubles.  Commence alors une enquête palpitante qui va mettre à mal l’image du couple et les personnalités même d’Amy et Nick …

Gone-Girl-EW-First-Look_612x381.jpg

Avec la même finesse que dans le roman de Gillian Flynn, le film suspecte tout d’abord le mari trop parfait et décortique les moindres détails de leur vie, de leur passé à aujourd’hui. Le thriller remplit sa mission initiale, il nous tient en haleine d’un bout à l’autre et la bonne surprise, c’est que le suspense tient bien les 2h25 jusqu’au dénouement inattendu et glaçant.  Les acteurs sont à la hauteur, Rosamund Pike est terrifiante de justesse alors que Ben Alffeclk incarne parfaitement l’américain typique qui se retrouve pris au piège (reconnaissons que ses  trois expressions l’aident).

 

Ce n’est sans doute pas le film qui donne envie de se marier de part sa noirceur . Aussi, je vous recommande pour vous détendre de visionner une nouvelle comédie française , Tu veux ou tu veux pas ? .

Visu-TuVeux-702x3571.jpg

Avec son duo d’acteurs (Sophie Marceau et Patrick Bruel) en tête affiche, il ne peut qu’attirer les foules. Je reconnais qu’il représentait l’argument numéro 1 pour me rendre en salles mais le fait que Tonie Marshall en soit la réalisatrice assurait au projet une caution de qualité, au vu du sujet …

Sex-addict repenti ou presque , Lambert est conseiller conjugal qui recherche une assistante. Se présente Judith, une femme à la vie sexuelle libre et débridée ce qui remet grandement en question l’abstinence  de Lambert …

sophie-marceau-dans-tu-veux-ou-tu-veux-pas-465263_w1000.jpg

L’idée de départ est amusante et plutôt bien traitée, on passe le film à sourire des avances nombreuses et insistantes de Judith. A priori à contre-emploi, Sophie Marceau est lumineuse, elle possède un vrai potentiel de comédie. Patrick Bruel n’est pas en reste dans son rôle et on endure,  en riant, sa (fausse) souffrance face à Judith. Là où le bas blesse peut-être, c’est sur l’explication possible du choix de vie de Judith : alors qu’elle vit très bien sa vie sexuelle particulièrement riche, Lambert et la société s’y opposent et portent un jugement négatif. La scénariste est allée fouiller dans l’enfance de son héroïne et j’ai trouvé cette conclusion un peu facile. Dans la mesure où elle est, en plus, précédée par une scène surprenante qui doit, je pense, être regardée au quatorzième degré. Des maladresses donc mais un ensemble entrainant qui fait du bien et donne le sourire. Parfois, on n’en demande pas plus .

Est-ce que j’ai préféré l’un des deux ? Ils sont dès le départ tellement différents qu’il est m’est impossible de les comparer. L’un est une adaptation et repose sur une base si brillamment écrite que je savais d’avance être happée par les films. Le second est résolument plus drôle ce qui correspond à ce que j’ai envie de voir en ce moment. Je vous laisse les découvrir et revenir échanger avec moi, si le cœur vous en dit.

07/10/2014

Bye Bye september

De jolies surprises pour ce mois qui a prolongé l’été, encore un peu.

Du côté des lectures :

  • Un nouvel auteur suédois : Viveca Sten.  Son premier roman, la reine de la baltique vient de sortir chez Le livre de  poche avec un bandeau rouge qui la présente comme la nouvelle Camilla Läckberg, il n’en fallait pas plus pour éveiller ma curiosité ...

De nombreuses similitudes entre le travail des deux suédoises, on y retrouve notamment le fait que si les livres présentent des enquêtes propres, l’ensemble constitue une série mettant en scène un duo d’enquêteurs . Chez Camilla, Patrik Hedstrom est policier et Erica, romancière, chez Viveca, Thomas Andreasson  alors que sa meilleure amie Nora Lindle est avocate. Premier sourcil levé.

Leurs intrigues se déroulent dans une petite ville, Fjällbalcka pour la première, Sandhamn pour la seconde, des lieux qu’elles connaissent depuis leur enfance. Dans un cas comme un autre, le quotidien des habitants en est bouleversé. Deuxième mouvement de sourcils

Les preuves s’accumulent, Viveca ne donne pas dans l’originalité … Malgré tout, l’intrigue se tient, on suit son déroulement avec intérêt et son dénouement surprend. Avec un rythme peut être moins soutenu que les meilleurs Läckberg et des évidences qui sautent aux yeux,  je vous recommande cette lecture si vous en êtes en manque de polars venant du froid. Si les deux femmes se présentent comme collègues, je reste néanmoins plus attachée à Camilla Läckberg et ses personnages.

81nRicZ3LML.jpg

Au début de l’été, le corps d’un homme est retrouvé sur l’île de sandhamn, entravé dans un filet de pêche. La victime est rapidement identifiée, il s’agit de Kristen Berggen. Ce qui surprend la police, c’est que sa cousine est elle aussi, retrouvée morte sur l’île.  Quand le cadavre d’un habitant est lui aussi découvert, il est évident qu’il faut trouver le lien qui les unit. Thomas Andreasson étant originaire de Sandhamn se voit confier l’affaire. Sa meilleure amie, Nora s’intéresse aussi à  ses crimes qui viennent perturber la vie tranquille de l’archipel.

  •  Avec la rentrée, j’ai eu envie de prolonger les vacances et de passer un mois en Italie en compagnie des héroïnes d’Avril enchanté d’Elizabeth Von Armin.  

    41pSKkU8W3L.jpg

Parce qu’il pleut sur Londres ce jour-là et qu’elles s’ennuient de leurs vies bien rangées, deux  londoniennes  comme il faut , Mrs. Wilkins et Mrs. Arbuthnot, répondent à une petite annonce proposant de louer à moindre coût et pour le mois d’avril, une belle propriété en Italie. Dans le secret , elles se séparent de leurs économies et entrainent avec elles, deux autres participantes, la jeune Lady Caroline Dester et la vieille Miss Fisher, à la recherche d’un lieu calme et bien fréquenté.

Le charme désuet  du château agissant sur ses locataires, les femmes se laissent gagner par la sérénité des lieux. Ce mois de vacances va se révéler bien plus riche en surprises qu’elles l’imaginaient.

Il est impossible de ne pas ressentir les bienfaits du soleil italien à travers les descriptions faites par l’auteure. San Salvadore apparait sous les yeux du lecteur sous son meilleur jour et ce dernier se laisse aussi gagner par le bien-être que ressentent nos personnages … Les paysages splendides, les senteurs et de le calme des nombreux jardins n’auront bientôt plus de secrets pour vous ! L’optimisme de Mrs Wilkins est communicatif et on se délecte des rebondissements. Un seul regret : devoir refermer ce roman anglais qui a tout du bonbon qui réconforte.

  • J’ai beaucoup de chance, Hôtel du lac d’Anita Brookner m’a été offert, je ne pense pas qu'il aurait croiser ma route dans un autre cas, ce qui aurait fort dommage !

    71ZQd9ay8NL.jpg

Edith est anglaise et auteure de romans sentimentaux qui fuit l’Angleterre et une affaire au parfum de scandale. Elle  trouve refuge en Suisse, à l’hôtel du lac à l’approche de l’automne. Ces quelques jours, en dehors du temps , vont lui permettre de faire le point. A travers ses réflexions, se dessine le portrait d’une femme plus forte qu’il n’y paraît que le lecteur prend plaisir à découvrir à travers les détails et non-dits.  Un vrai coup de cœur qui n’est pas sans rappeler les livres de Virginia Woolf.

 

  • Enfin, la lecture que j’ai eu tant de mal à laisser tant que j’ai adoré me plonger dans ses pages, Wild de Cheryl Strayed, prochainement au cinéma avec Reese Witherspoon dans le rôle principal.  Ce livre méritant bien une note à lui seul , en voici juste les grandes lignes :

    51e4rIV4FkL.jpg

Bien décidée à laisser son passé difficile derrière elle, Cheryl entreprends un challenge difficile : parcourir seule le Pacific Crest Trail (PCT) , l’un des chemins de randonnée les uns plus difficiles soit 1700 kilomètres  dans la nature sauvage et hostile. Dans Wild, elle raconte avec franchise et drôlerie son aventure qui ne vous laissera pas indifférents.

 

Sur le petit écran

 

 

The-MEntalist-saison-6.jpg

 

  • La diffusion de ce début de saison 6 du Mentalist : après toutes ces années à avoir à poursuivre John le rouge,  la quête de Patrick Jane touche à sa fin. Si l’identité attise la curiosité, c’est bien cette dernière confrontation que j’attends et voir comment les scénaristes peuvent gérer cet «après. Les rebondissements et fausses pistes sont plus jamais au rendez-vous !

enquetes-murdoch-saison-7-600x300.jpg

  • Le retour des enquêtes de Murdoch, le dimanche soir ou comment bien finir le week-end.  Encore une fois, les scénaristes jouent avec les inventions de l’époque et les déductions de cet expert avant les experts. Diablement efficace et quelque part, reposant !

 

Sur le grand écran

elle-l-adore-de-jeanne-herry-11245669ifmgo.jpg

  • Je l’aime, je l’adore … Faut-il que je vous redise pourquoi j’ai tant aimé ce film ? Tout est ici.

 

30/09/2014

3 Bonnes raisons d'aller voir "Elle l'adore".

Elle l'adore, premier film de la réalisatrice Jeanne Herry est sorti mercredi dernier et voici mes 3 bonnes raisons pour vous rendre en salle, vous aussi.

523507.jpg

  • L'intrigue : l'idée de départ.

Elle l'aime, elle l'adore ... Le titre du film fait référence à la chanson "La groupie du pianiste" ( ce qui est déjà un très bon clin d'oeil pour moi)  et comme Michel Berger, nous nous demandons jusqu'où Muriel irait pour soutenir son idole, le chanteur Vincent Lacroix. Lorsque son idole débarque en plein milieu de la nuit avec une mission de la plus haute importance à lui confier, notre esthéticienne ne se doute pas encore du drame qui s'est produit chez son idole, ce soir là et des conséquences. Elle accepte sans en demander plus et commence une incroyable succession de rebondissements, quiproquos et interrogatoires qui maintiennent un suspens constant jusqu'au final surprenant et somme toute, assez jouissif.

 

elle-l-adore1.jpg

  • Le mélange des genres

Si le ton est résolument celui du polar ou du thriller, quelques éclairs de comédie percent ça et là et surprennent agréablement. On s'attend à quelque chose de sombre et on ne peut s'empêcher de rire, à certains moments. L'attention du spectateur est sans cesse sollicitée, il faut suivre le moindre fait pour bien comprendre l'enquête. J'aime particulièrement ce genre de film qui vous capte et vous fait oublier le temps. On on ressort un peu sonné mais heureux d'avoir été embarqué.

  • Les prestations des comédiens

elle-l-adore.jpg

La presse a beaucoup parlé ( à raison) de Sandrine Kimberlain, elle "porte" le film et son personnage de Muriel qui devient tellement crédible. Il y a une scène particulièrement forte lors d'un interrogatoire qui cloue le spectateur dans son fauteuil et montre tout le talent de Kimberlain. Mais il ne faut pas oublier Laurent Laffite  qui réussit, sans chanter une seule fois, à incarner ce chanteur célèbre et adulé. Comment ne pas penser à Patrick Bruel ou encore Julien Clerc, le père de Jeanne Herry ?

Ses  changements d'humeur sont glaçants et l'on se demande quelle aurait été notre réaction si, cette nuit, nous avions été nous aussi confronté à un tel dilemme...  Les seconds rôles encadrent parfaitement notre duo. Sur ce le moment, j'ai douté de la nécessité pour les policiers d'avoir une vie privée intégrée à l'intrigue mais le puzzle s'emboite parfaitement et chaque chose a son utilité. 

Original, grave et drôle, avec une intrigue juste, accrocheuse et prenante, des acteurs percutants,  Elle l'adore vous surprendra là où vous ne l'attendiez pas.

Mon coup de coeur de la rentrée.